Bonjour les « zami(e)s »

Comme je vous l’ai promis mercredi, voici la suite de notre balade à Altorf, ou plutôt de nos balades puisque l’article est composé des photos prises en 2014 et en 2021. Si le début de la balade vous intéresse, c’est ICI

Après un agréable tour de village, nous allons visiter le monument le plus important à savoir l’abbaye St-Cyriaque et son jardin.

Allez pas de blabla inutile, passons tout de suite aux photos légendées si cela est nécessaire à la compréhension.

 

L’abbatiale St-Cyriaque se profile à l’horizon, derrière la statue de Jeanne d’Arc.

Nous voilà devant la grande abbaye bénédictine entourée de son cimetière et en partie démolie vers 1800. Il ne reste plus que l’église abbatiale reconstruite à plusieurs reprises et la cure.
L’édifice, construit en grès rose, en impose par sa taille.
Du toit émerge un clocher octogonal en bois couvert d’ardoises-écailles, reconstruit après la seconde guerre mondiale.


La cure occupe les anciens bâtiments conventuels. C’est une longue et curieuse construction de trois étages construite parallèlement à l’église en 1715 par Peter Thumb. 
Le pignon incurvé à volutes est typique de l’architecture Renaissance tardive et du baroque, surtout dans l’Europe du nord. En plus des volutes, on distingue deux grands pilastres et une petite ouverture ronde appelée «pigeonnier».
Ces mêmes volutes se retrouvent sur le transept de l’église.

Le tympan roman détruit en 1791 a été remplacé en 1886 par le sculpteur Eugène Dock. Le Christ en majesté dans une mandorle est entouré de Marie et de St-Benoît à gauche, du Pape Léon IX, de Saint-Cyriaque et d’un ange à droite. Moi qui aime les symétries, je m’étonne qu’il y ait deux personnages d’un côté et trois de l’autre !
Les colonnes sont surmontées de chapiteaux relativement épurés reprenant des motifs végétaux.

Entrons !
Sur l’un des autels du transept nord, je découvre un reliquaire en bois sculpté représentant le buste de Saint-Cyriaque. La poitrine du saint est recouverte d’écailles de métal. Elle renferme ses reliques, un bras.

Au-dessus, un tableau de 1730 représente la mort de Ste-Scholastique, sœur de St-Benoît.

En ressortant de l’édifice, on peut traverser le cloître qui relie cure et église pour découvrir les jardins. Ils étaient fermés en 2014. C’est donc sous la neige que nous les découvrons , ce qui leur donne d’ailleurs un charme supplémentaire.

Notre regard est immédiatement attiré par un puits qui daterait du début du XVIIème siècle. Mais on lit la date de 1739 sur le linteau qui porte les armoiries martelées d’un abbé, probablement Antoine Gug (1733-1765). En fait, le puits a été déplacé et recreusé en 1739 et les armoiries, sculptées à cette occasion, ont été martelées à la Révolution.
La cuve est décorée et deux colonnes rondes soutiennent un linteau massif en bâtière.
Par la suite, le puits, profond de 8 mètres, a été installé sur la place du village et il n’a retrouvé son endroit d’origine qu’en 2004 lorsque le jardin a été réhabilité.

Derrière le puits, on a une jolie perspective sur le jardin dont les différentes parties ne se distinguent pas sur le sol enneigé mais que nous pouvons repérer grâce à un parcours jalonné de panonceaux explicatifs complétés par des informations sur la vie des moines bénédictins qui suivent la règle de St-Benoît : «Ora et labora» ( prie et travaille).

Devant nous l’hortus (le potager) qui permettait aux moines, essentiellement végétariens, de se nourrir.

Le pomarium (le verger) où il était d’usage de les enterrer. Des pierres tombales émergent de la neige. Elles ont été déposées ici, à l’ombre des arbres fruitiers, pour suggérer cette tradition.

D’autres témoignages de la vie monastique et religieuse sont exposés dans le jardin assortis à chaque fois d’une petite pancarte explicative.
Porte donnant accès aux champs et aux vignes restaurée grâce à l’Association des amis de l’abbaye et du patrimoine historique d’Altorf en 2013.

Pierre angulaire provenant d’un moulin de 1562 établi sur le canal de dérivation. Il a été pillé en 1610.

Un fragment de soldat en grès ( vers 1380) qui appartenait à un saint-sépulcre, un important monument représentant le Christ gisant.

Trois marches qui vont droit dans le mur m’intriguent … derrière un autre verger et l’on distingue en son milieu une légère dépression.
Les moines de l’abbaye ne mangeaient pas de viande d’animaux quadrupèdes. C’est pourquoi, ils avaient dans leur jardin un étang pour l’élevage de poissons.

Avant de quitter le jardin, nous jetons un petit coup d’œil au cloître rénové. Une frise historique égrène les différentes dates depuis la fondation de l’abbaye jusqu’aux travaux de restauration récents.

Les Amis de l’abbaye vendent du vin pour financer les travaux. Nous repartons avec une bouteille.

J’espère que photos et texte vous ont plu et vous donneront envie de visiter ce village si un jour vos pas vous mènent par là.

Pour le récit complet et toutes les photos, vous pouvez cliquer sur le lien ci-contre ! Altorf 2014-2021

A préciser : ne cherchez la case commentaires sur Cigalon en balade car ce n’est pas un blog mais un site. La discussion c’est ici …

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un bon we, de préférence ensoleillé et à vous donner rendez-vous lundi matin pour un autre sujet.

Je vous embrasse. Prenez soin de vous.

 

Photos personnelles non libres de droit.

Merci de m’envoyer une demande si vous voulez utiliser l’un ou l’autre cliché. Je me ferai un plaisir de le partager avec vous.

Texte et légendes rédigés avec les informations glanées sur le net et les documents en ma possession.

67 Thoughts on “Altorf # 2

  1. Merci Lavandine pour ta visite d’Altorf, j’ai prévu d’y aller demain avec une amie..en voisine,
    j’aime beaucoup ce lieu et le jardin a un charme fou en toutes saisons…avec un petit plus au printemps !
    bises

    1. Tu n’es pas très loin. Moi, c’est ta ville que je veux revisiter un de ces jours. Là, on commence à se sentir un peu à l’étroit.
      Gros bisous et belle soirée.
      Lavandine

  2. Une balade fort intéressante, non seulement les lieux sont assez bien conservés et beaux, mais en plus il se dégage de l’ensemble de la sérénité, du calme. Les moines pouvaient vivre leur vie tranquillement, à l’abri des émois de la ville ; j’aime particulièrement les jardins et cet étonnant cimetière au milieu du verger.
    Belle fin de journée, bises.

  3. Bonjour Lavandine,
    je ne sais même plus si je t’ai déjà prévenue?

    Je ne serai pas là la semaine prochaine.
    Comme tous les ans nous avons choisi cette semaine pour vive notre retraite de carême.
    Nous la faisons sans média, sans communications sans internet etc.
    Cela nous fait toujours du bien, nous espérons qu’il en sera de même.
    Mais je garde un petit coin de mon cœur pour y laisser une place pour une pensée une prière … je ne t’oublie pas.
    Amitié et bisous.

  4. Et bien voilà un endroit qui me plairait beaucoup, moi qui aime tant les abbayes, les cloîtres … je trouve qu’on y ressent une certaine paix, et de la sérénité.
    Et la neige apporte un charme supplémentaire au lieu.
    Belle soirée, gros bisous.
    Cathy

  5. C’est un beau et grand bâtiment. J’ai beaucoup aimé le puits, je les regarde tous, puisque notre copain les collectionne. Demain le Mayflower par en w end, pas loin, vers Meschers, dans les marais. Nous allons y voir nos amis, et Ninya va faire un entraînement chasse avec son maître. Bises. FRANCOISE

  6. Je vais regarder où cela se situe sur la carte, peut-être pas trop loin et pourquoi pas en étape, J’aimerais bien y faire un tour.
    Bises du jour
    Mireille du sablon

  7. Contente de voir tes photos de l’église puisque lors de notre passage elle était fermée au public ( pour cause de désinfection!!) on avait par contre adoré le jardin ( gel et masque obligatoires même à l’extérieur ) j’apprécie de le voir sous la neige ça change!!
    je te souhaite une belle fin de semaine.. gros bisous le soleil nous boude aujourd’hui..

  8. un côté très romantique pour ce jardin sous la neige et le ciel bleu
    l’histoire ne dit pas si St-Cyriaque a le bras long…..
    et je vois que Jeanne d’Arc est aussi passée par l’Alsace moi qui la croyait lorraine

    1. Elle est en effet née en Lorraine mais ici elle est souvent statufiée. L’église était fermée et je n’ai pas pu aller revoir l’intérieur et ce fameux bras.

      Gros bisous et belle soirée.
      Lavandine

  9. Bonjour Lavandine,
    Merci pour cette suite sur ce lieu au passé patrimoine très chargé comme nous montre ses belles photos
    joli partage
    Bonne fin de journée et très bon weekend
    Amitié

  10. Une visite bien agréable et très instructive, sublime le grès rose … les moines de cette abbaye avaient une vie alimentaire respectable .
    Merci de ces beaux clichés, les lieux sont transcendés sous la neige … Une magnifique Jeanne d’Arc …
    Une belle page qui nous fait connaitre cet endroit … dommage que nous ne voyageons plus, ce serait un beau but de balade ! Bises pour un doux week end par chez toi Lavardine : Nicole

    1. Je ne pouvais pas te répondre avant ce midi car je ne l’avais pas goûté. Il pétille légèrement et je ne suis pas sûre que ce soit normal, mais le goût est agréable néanmoins.

      Gros bisous et belle soirée.
      Lavandine

  11. C’est un peu imposant à mon goût. Mais la visite reste intéressante.
    En ces temps où je ne peux encore aller nulle part, même « l’imposant » m’irait bien!!!
    Bonne fin de semaine.
    Grosses bises

  12. Une balade que nous ferons certainement un jour,le site est beau et l’abbaye rose me plaît beaucoup sous la neige c’est chouette et au printemps c’est peut-être fleuri
    Le puits et les détails forment un très bel ensemble,je ne mange pas de viande mais le poisson d’eau douce j’aime pas alors j’aurais mangé les légumes et les laitages !
    gros bisous et bonne journée
    MITOU

    1. En été, il y a une roseraie alors tu verras des fleurs.
      Tu aurais mangé des tomates ? lol Ouf, elles n’existaient pas encore….
      Tu ne manges pas de viande. Voilà un détail que je ne connaissais pas encore.

      Gros bisous et belle soirée.
      Lavandine

  13. J’aime beaucoup ce que tu nous montres aujourd’hui. C’est vrai que l’abbaye est imposante mais elle est magnifiée par ses pierres roses. Le jardin sous la neige est très joli et j’aime aussi le puits. Incroyable qu’il soit si vieux ! C’est vrai qu’en ce temps-là le plus souvent la viande n’était pas consommée, seulement le poisson, les oeufs, et les laitages quand ils en avaient car leur nourriture était la récompense de leur propre labeur quotidien. Bisous et merci pour cette visite

    1. La nourriture, fruit de leur labeur mais au moins, ils ne mouraient pas de faim. Il faut dire qu’ils savaient aussi se contenter de peu !

      Gros bisous et belle soirée.
      Lavandine

  14. J’ai beaucoup aimé cette balade « en deux temps » à des années et des saisons différentes… C’est un très bel endroit et le nombre de photos m’en donne un bon « aperçu »…
    Très bonne journée et gros bisous

  15. Une agréable petite visite. Les moines, somme toutes, n’étaient pas trop à plaindre. On se fait une idée du siècle un peu noire. Nos descendants se feront peut-être la même idée du nôtre ou la Covid remplacera la peste.
    Gros bisous

    1. Les religieux dans les abbayes ne sont pas à plaindre à cette époque là. Ils avaient toujours de quoi manger alors que le peuple mourait de faim.

      Gros bisous et belle soirée.
      Lavandine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *