Le sapin de Noël # 1

Bonjour les « zami(e)s »,

 

Nous avons terminé la semaine dernière par une visite de Sélestat. Nous y restons aujourd’hui encore, car je vous propose de voyager dans le temps, depuis le XVIe siècle jusqu’à nos jours, en découvrant les étapes les plus marquantes de l’évolution de l’arbre de Noël à travers une exposition à l’église Saint-Georges.

 

devant l’église St-Georges à Sélestat

Vous ne le savez peut-être pas mais le sapin de Noël serait né à Sélestat. Je mets le conditionnel car d’autres villes s’en octroient la paternité : Kaysersberg, Turckheim, Ammerschwihr ou même Strasbourg.

C’est à Sélestat que l’on retrouve la première mention écrite de l’utilisation du sapin comme symbole de Noël.
En atteste le livre des comptes de la ville conservé à la bibliothèque humaniste où apparaît à la date du 21 décembre 1521, une dépense de deux schillings correspondant au paiement des gardes-forestiers en charge de la surveillance des arbres.
A la fin du XVIème siècle, Bathalzar Beck, échanson de la ville de Sélestat nous laisse un témoignage sur la façon dont l’arbre de Noël était dressé en 1600 dans la salle commune de l’Hôtel de Ville de Sélestat.

 

Les décoration de la ville le rappellent !

Déjà à la fin du XVème siècle et au début du XVIème, les habitants de la Hardt (zone allant de Mulhouse à Colmar, entre Rhin et l’Ill) avaient l’habitude de suspendre un sapin, au plafond, ceci pour éviter que les rongeurs n’aillent se régaler des décorations.

Par la suite, le sapin prendra place dans un pot en grès mais pour les besoins de la visite, à l’église St-Georges, tous les sapins sont accrochés autour de la nef.

 

sapins accrochés tout autour de la nef

Mais quelles sont ces décorations qui intéressaient tout particulièrement les rongeurs ?

On accroche tout d’abord de petites pommes rouges, les Christkindel, symbolisant la tentation et le péché originel.

 

les Christkindel

Puis viennent des hosties non consacrées, les oublies, symboles christiques et figurant la Rédemption apportée par le sacrifice de Jésus.

 

les oublies = hosties non consacrées

A la fin du XVIème siècle, sous l’influence des Protestants, on rajoute des noix dorées, des roses, des fleurs en papier.

 

noix dorées

C’est aussi à ce moment-là que l’on voit apparaître le «Zischgold», une décoration à base de métal réduit en fines feuilles ou lames dorées, apportant une note plus brillante à la parure.
Mais déjà peut-on sentir çà et là, l’émergence de nouvelles décorations, dites de traditions plus populaires, s’éloignant clairement de la référence chrétienne.

 

Zischgold

Les pommes disparaissent et sont remplacées par des friandises rondes comme, par exemple, les noix fourrées. Les hosties deviennent des «anisbredele», des gaufres, des pains d’épices, des noix dorées et argentées, des confiseries et sucreries en tous genres.

 

On y retrouve également les «springerle», ces petits fours typiquement alsaciens qui se faisaient principalement pour Noël.

 

springerle

Vers le XVIIème siècle, les friandises, sont données en cadeau aux enfants qui secouent l’arbre pour les faire tomber. Les bougies, ancêtres de la guirlande lumineuse, apparaissent.

 

apparition des bougies et plus tard des bougies magiques

Puis, les pains d’épices et les bredele reçoivent un «habillage» de sucre glace,souvent décorés de petits granulés colorés. On se met à imprimer des images qu’on colle sur des sujets en sucre ou en chocolat. Il s’agit de chromolithographies présentant le plus souvent des angelots ou des étoiles.

 

chromolithographies

La tradition du sapin de Noël se généralise après la guerre de 1870 dans toute la France, ainsi qu’en Angleterre et aux Etats-Unis. Des anges habillés de feuilles de métal doré ou argenté viennent se rajouter au riche répertoire décoratif.

 

apparition des anges comme décoration

A la fin du XIXème siècle, début du XXème, pour rappeler l’origine de la fête, la pointe du sapin s’orne à présent d’un ange en papier doré, avec une banderole portant l’inscription latine «Gloria in excelsis Deo» ou une étoile.

Les boules en verre auraient remplacé les pommes vers 1850. Une année où il y aurait eu une mauvaise récolte, un artisan verrier à l’imagination créatrice de Meisenthal, décide d’imiter ce que la nature n’a pas donné. Et de son travail naissent alors de magnifiques fruits étincelants en verre soufflé. La boule de Noël est née…

 

A présent, le sapin a adopté toutes les couleurs et toutes les matières. Je vous en présenterai quelques uns de ma collection dans le prochain article.

Pour cela, nous nous retrouverons samedi matin.

D’ici-là prenez soin de vous.

Je vous embrasse.

 

Photos personnelles non libres de droit.
Merci de m’envoyer une demande si vous voulez utiliser l’un ou l’autre cliché. Je me ferai un plaisir de le partager avec vous.

Texte et légendes rédigés avec les informations glanées sur le net et les documents en ma possession.

64 Thoughts on “Le sapin de Noël # 1

  1. Bonsoir ma chère Lavandine
    Des sapins tu en as autant qu’un « curé peut en bénir », expression de mon ancienne région du Pas de Calais.
    Bonsoir…Ceci est un copier coller pour vous remercier  de votre amitié lors de mon deuil, je viens maintenant me ressourcer parmi vous, ceci… afin d’être avec vous pour les vœux de fin d’année….
    Bonne soirée et gros bisous à vous deux et caresses à Noor et Noa
    Méline

    1. Bonjour Lavandine,
      Merci pour ce long et complet reportage sur le sapin de Noël!
      Comme cela est curieux, mais intéressant!
      Je te souhaite un très beau et doux Noël 2020!
      Bisous
      Janou

  2. Cet article m’a captivée, magnifique effet avec ces sapins suspendus ! Je ne me souviens pas avoir lu quoi que ce soit à ce sujet…
    Même si tout était loin d’être parfait, c’était une époque où le plastique n’avait pas encore monopolisé le monde.
    Mais heureusement, la magie de Noël demeure envers et contre tout !
    Bises et bon dimanche, Martine

  3. Il est vrai que l’histoire du sapin de Noël est très intéressante et la visite de Sélestat complète tes explications et commentaires, tu as fait de grandes recherches pour nous expliquer tout ça, merci beaucoup. J’aime beaucoup les sapins suspendus, c’est une autre façon de les faire entrer dans les lieux aussi majestueux.
    Lorsque nous étions enfants, en plus des bougies sur leurs pinces, il y avait les bâtons magiques qui scintillaient avant de s’éteindre !
    Belle soirée, bises.

    1. Je n’ai pas tant fait de recherches que cela. Chaque arbre est accompagné d’une explication. je fais juste des vérifications croisées pour chaque article. C’est le plus long.
      Et puis, en tant qu’Alsacienne, j’entends cette histoire très souvent. 😉

      Joyeux Noël et douce soirée.
      Lavandine

  4. Bonjour,
    Je suis de passage ,envoyé par DD17 vers ce blog pour l’histoire du sapin qui serait alsacien et de Sélestat , petite ville que j’ai eu le plaisir de visiter et de coucher au parc des cigognes . Pour se qui est du sapin , j’en parle moi aussi sur mon billet de ce jour .
    Cela m’a permis de faire connaissance de ce blog et ses belles photos de ses beaux sapins dans cette église que je ne connais pas .
    Joli partage complémentaire à mon billet
    Bon weekend
    @+

  5. Un super article, je viens d’apprendre une foule de choses. Quand on était enfant on mettait des bougies tenues sur le sapin par des petites pinces, c’était joli mais un peu dangereux!!
    Très belle journée, bises

  6. J’avais adoré notre visite à Sélestat au moment de noël et j’y avais fait de belles découvertes,les sapins suspendus mais aussi les crèches géantes de toutes beauté du coup nous étions restés si longtemps que nous avions dormi à l’hôtel! 😉 Sur mon blog il doit y avoir plusieurs articles !
    Merci pour la visite j’aimerais bien y retourner un jour . . . Gros bisous et bonne journée
    Mitou

    1. Nous y sommes retournés en début de semaine et je trouve qu’on néglige trop souvent Sélestat. Je vais voir si je retrouve un de tes articles sur Noël.

      Joyeux Noël, gros bisous et douce soirée.
      Lavandine

  7. c’est très original tous ces sapins suspendus pour l’expo, je connaissais un peu l’historique et pour les boules en verre mais ce fut passionnant de te lire et d’admirer ces si beaux sapins racontés au fil du temps
    douce nuit
    gros bisous
    patricia

  8. Bon j’avoue que depuis 6 ans que je fais plein de recherches pour mon calendrier de l’Avent, je connaissais plus ou moins ce que tu expliques.
    Je trouve ça très intéressant de connaître l’évolution du sapin de Noël, et de ses décorations.
    Belle soirée, gros bisous.
    Cathy

    1. Je me doute bien que tu connais …. et je me demande même si tu n’en as pas parlé sur ton blog.

      Tout ce qui nourrit mes connaissances m’intéresse toujours.

      Joyeux Noël, gros bisous et douce soirée.
      Lavandine

  9. Bon, c’est une belle leçon où je ne m’y connais pas ( mais si, je m’y connais …) Merci de cette belle histoire du sapin de Noël .
    Bonne soirée au pied du tien qui est fait j’en suis sûre !

    1. Tu ne l’aurais pas vu dans tes rêves … notre petit sapin ?
      J’ai quelques doutes… 🙂

      Interrogation la semaine prochaine pour voir ce que tu as retenu de l’histoire du sapin.

      Joyeux Noël, gros bisous et douce soirée.
      Lavandine

  10. Quelle belle idée de retrouver l’évolution du sapin de Noël à travers le temps … ces sapins suspendus donnent un air de magie … j’apprends l’histoire des rongeurs … Je me souviens dans mon enfance il y a 65 ans de cela nous allumions de vraies petites bougies dans le sapin accrochées par de petites pinces … on ne pensait même pas que çà pouvait être dangereux mais on les éteignait la nuit quand même . on y mettait des boules si fragiles et le reste de petites créations faites maison ma man gardait les enveloppes brillante des boites de chocolat pour faire des étoiles ou enrober des noix … c’était une autre époque.
    Merci Lavandine pour tes recherches , ton superbe exposé et tes jolies photos …. l’histoire du sapin devrait être lu dans les écoles je trouve ce sujet très instructif .
    Belle soirée par chez toi avec les bises de mon coin de campagne ch’ti ! Nicole

    1. Il y a une époque où l’on connaissait la vraie valeur des choses et où l’on ne jetait pas à tout va.

      Je crois que chez nous, je n’ai jamais vu les bougies allumées sur le sapin. Trop dangereux….

      Les recherches je les fais tout d’abord pour moi car je suis curieuse de nature. Ensuite inutile de tout garder pour soi alors le partage est tout tracé.

      Joyeux Noël, gros bisous et douce soirée.
      Lavandine

  11. Quel superbe reportage tout y est!! super!! de l’avoir vue en vrai dans cette église cette expo me rappelle de si bons souvenirs! je savais que Sélestat était le berceau du sapin comme Haguenau celui des crèches mais en fait c’est un peu toutes ces villes qui aimeraient avoir la « paternité » de ces si jolies coutumes Pour moi le plus beau sapin que j’ai vu est celui à Rosheim dans l’église avec des pommes rouges et des springerle blancs.. Encore une belle tradition ces springerle.. encore de bons souvenirs du musée à la Petite Pierre.. ah j’adore notre Alsace surtout à Noêl
    merci pour ce bel article comme j’aime
    gros bisous belle journée

    1. As-tu une idée où trouver des springerle ? J’aimerais bien en acheter mais ça n’a plus l’air d’exister.
      Le sapin de Rosheim ne m’a pas frappée. il faut que j’aille le revoir sur mes photos.
      Les villes et les villages recherchent toujours des paternités… C’est bon pour leur image et le tourisme.

      Joyeux Noël, gros bisous et douce soirée.
      Lavandine

  12. Pourquoi le mail annonçant un nouveau post de ton blog va toujours dans mes SPAM? Mystère.
    Mais je jette toujours un oeil rapide avant de vider la corbeille.
    Ton histoire du sapin de Noël en Alsace est vraiment très intéressante. Je n’avais pas idée que c’était une tradition aussi ancienne.
    Il y a eu toute une série d’étapes et il est devenu de plus en plus…gourmand!
    Bon après-midi et grosses bises

    1. Si tu es chez orange, il faut mettre lavandine dans la liste verte …. Woui woui…..crois ce que je dis …. pas d’autre moyen car orange est têtu !
      La gourmandise croissante doit être mise en parallèle avec son passage du sacré au païen et aussi à l’évolution des richesses.
      Joyeux Noël, gros bisous et douce soirée.
      Lavandine

  13. Chez nous aussi les bougies dans le sapin de mon enfance. Et on les allumait le soir de Noël. Nous étions chargés de regarder le sapin pour s’assurer qu’elle n’y mettait pas le feu ! (une façon pour mes parents d’espérer nous tenir tranquilles pendant … un quart d’heure ?)
    Depuis une dizaine d’années (tiens.. ma première visite aux marchés de Noël en Alsace) j’ai délaissé les décorations classiques des supermarchés pour celles ramenées de mes voyages, marchés de Noël. Et sans guirlandes (autre que celle lumineuse) comme en Alsace (j’ai du être éponge dans une vie antérieure !) Je veux que le sapin « me parle », ait une vraie signification. Le rapport à Noël que vous avez en Alsace est incomparable, si naturel pour vous, si enthousiasmant pour nous… Merci de nous faire partager ta région, son histoire, son « ADN » …

    1. Je crois que résolument tu es tombée en amour avec l’Alsace au temps de Noël. C’est vrai qu’ailleurs j’ai toujours trouvé le Noël fade…

      Joyeux Noël, gros bisous et douce soirée.
      Lavandine

  14. c’est trop bien ces sapins en lévitation : j’aime beaucoup l’idée avec en plus le profane qui rejoint le sacré
    il existe une multitude de légendes sur l’origine du sapin de Noël – lorsque j’ai fait un voyage dans les Pays Baltes on nous avait expliqué que c’était là bas leur origine – peu importe, c’est chaque année un plaisir de voir les sapins briller de mille décos

  15. Bonjour Lavandine
    Une jolie rétrospective, je me souviens quand on accrochait des bougies à pince dans le sapin , c’était plus joli qu’une guirlande électrique … mais plus dangereux !
    Merci pour ton partage
    Bonne journée, bises

    1. Des bougies qu’on n’avait pas le droit d’allumer. Et après tu te souviens ce sont des bougies qui les ont remplacées ?

      Gros bisous et belle fête ce soir. (ou une douce soirée)
      Lavandine

    1. Et pourtant faites avec un appareil numérique que je ne maîtrisais pas vraiment ….une époque où je regrettais l’appareil argentique.

      Gros bisous et belle fête ce soir. (ou une douce soirée)
      Lavandine

  16. Ces décorations de Noêl me renvoient à avant quand on se faisait un plaisir de peindre les noix et tout et tout
    J’adore tes sapins
    Depuis qq temps caprices = tes NL vont dans les spam’s
    Ce qui fait fait que parfois je mets tout à la poubelles …
    Bonne journée Lavandine

    1. Comment cela … tu mets Lavandine dans la poubelle ….
      Mets-la plutôt dans ta liste verte…Avec orange faut tout lui expliquer !

      Gros bisous et belle fête ce soir. (ou une douce soirée)
      Lavandine

  17. Que voici une belle expo!
    Je me souviens des sapins de mon enfance avec des boules si fragiles, des bougies (avec une pince) que nous n’allumions jamais et des oiseaux avec une grande queue blanche.
    La magie de Noël opérait…
    Bises du jour
    Mireille du sablon

    1. Une expo qui a lieu tous les ans. Nous y sommes retournés cette semaine.
      Chez nous aussi ces fameuses bougies et des oiseaux ….
      Que de souvenirs!

      Gros bisous et belle fête ce soir.
      Lavandine

Répondre à cheznous62 Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *